ODECLICK

Il y eut…

Classé dans : Graines d'écrits — 14 novembre 2017 @ 14 h 10 min

« Pour annoncer le commencement de quelque chose, on parle toujours du premier jour, alors que c’est la première nuit qui devrait compter, c’est elle qui est la condition du jour, le jour serait éternel s’il n’y avait pas la nuit.  » (José Saramago). « Il y eut un soir, il y eut un matin »… premier jour… deuxième jour… La nuit est mère de tout, les ténèbres vont permettre à la lumière d’éclater. Évoquons la rupture du ramadan, les nuits de la naissance et de la résurrection du Christ pour les chrétiens, nuit incontournable, annonce du jour qui vient. Et quelle impertinence de voir que le Ressuscité est fils de la nuit puisque accueilli par des bergers, des nuitards, des mis à l’écart, qui sont les seuls à veiller. La nuit est le lieu du silence mais en même temps celui du cri…. Cri de jouissance, cri de souffrance, cri de naissance, cri d’agression, feulement de bagarres de chats… On entend mieux, les sons ne sont pas aussi brouillés que le jour… la nuit c’est le lieu de la proximité physique où l’on se tend les uns vers les autres pour mieux s’entendre, où l’on se « déshabille », où l’on quitte son masque social de la journée, pour entrer dans un espace qui ne laisse pas indifférent : on se quitte, on s’aime, on tue, on prie, on abandonne, on se prostitue… La nuit est aussi le monde de la dépense, de chiffres d’affaires, un monde de fric pas forcément très propre. Il y a les nuitards du dehors, et puis ceux du dedans qui font rentrer le dehors chez eux par la télévision. Ce sont des nuitards clandestins en quelque sorte, qui se créent un ailleurs sans mesure, une illusion de la diversion. Mais de toute manière, la nuit n’est anodine pour personne. Car c’est un lieu de rencontre : avec d’autres ou avec soi-même, et qui peut faire du bien comme elle peut faire du mal. La lumière de la nuit met les visages à nu. La nuit est là : « Il y eut un soir »…. La nuit renvoie à la création. La nuit peut renvoyer à la chambre noire du photographe où ces termes techniques de « lumière », « foyer », « révéler », « ouverture », « développer » peuvent, comme le dit C.Bobin, « être sortis de la chambre noire et rendre une autre clarté dans un ouvrage de méditation – autant dire dans l’amour ».

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Laterredesgrandestours |
Lesblogueurs |
CapHerFrance |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chroniques d'un pauvre...